29 ottobre 2012

God save the Erasmus, God save the Europe (aussi en français)

The Erasmus logo
The end of a dream?
During the last weeks the question about the exhaustion of funds for Erasmus has attrired a lot of attention in all the countries that joined this project. Since the first days of October, when the voice bounced between websites and news agencies, former Erasmus students, politicians, and intellectuals from all over Europe have launched appeals with the purpose that the funds for the project will be not empty in the future On October 23, the Commission began a final round of negotiations with the member states to determine the amount of these funds. The term is
scheduled for November, 9. (For the position of the European Commission, click here.)

An european revolution
It's sadly amusing to note that the problem has come in the moment of the twenty-fifth anniversary from the foundation of this project. The « EuRopean Community Action Scheme for the Mobility of University Students » was born in 1987, under the name of the Renaissance philosopher who fought the dogmatism in his time and who wrote The Praise of Folly. Today is the largest exchange project in the world, involved each year hundreds of thousands of students, for a total amount of almost 3 million in 25 years of life.
The motto of the Erasmus is "changing lifes, opening minds": the project has succeeded in creating a new generation, characterized by a shared sense of European identity. For many students it was the first opportunity to live out of home, to go abroad, to put themselves to the test
and to experiment new forms of socialization. And how can we forget the growing number of European families composed by parents who met among the benches of the hosting universities. Concerning the social level, the continent was bowled by a peaceful revolution that is destined to change the face, our history and the destiny of Europe, forever. In fact, Le Monde has defined Erasmus as "the industry of the Europeans", and The Guardian has proposed to dedicate the Nobel Peace Prize, rather than the European Union, to the programme that "has bonded the continent's youth. "

It's also our history
Many people consider the Erasmus as an excuse to have fun with the taxpayers' money, to travel abroad and other similar clichés. But they don't know how this project involves the lives of each of us and how it's part of the big house LLP - Life Learning Programme, that is the policy of permanent learing education promoted by the European Union according to one of its core values​​: the mobility. In the name of this principle, contained yet in nuce in the Treaties of Rome, during some decades a lot of decions and laws have been approved to facilitate the movement of young people, students and workers, in different countries, in a way that was unthinkable before, and it's still impossible in other parts of the world.
In this way it was established the principle of possibility to work equally in each member state, as well as to the right to have an equal pay or to travel at a reduced price. For example, the deregulation of the European airline industry, in the context of the often criticized service liberalization, started in 1987, it led to the exponential growth of low-cost airlines, especially after the 1997, when was broken the monopoly of national companies for opening to the foreign competition in the sector of air cabotage. If today is possible to travel in Europe, to find a job in London, to have new friends in Spain and Sweden, with only 10€, it's caused by the implementation of competition and training policies by the European Union, in the name of mobility.

The need to allow everyone to have this experience
It's true. I can't deny that it's difficult for me to be objective about this topic. I went to Erasmus and a lot of years before I was a student LLP-Comenius. I would be a liar if I'll deny the obvious: during the period of studying abroad, Erasmus or another type, you have a lot of fun. Maybe because the majority of students started alone, and it's the first experience abroad. You are used to know people of different nationalities, to travel and to have a new school life, and also to enjoy a libertine life. However, I believe that Erasmus has an added value: it's feel toursef part of a community that is having the same, unique, experience with the same dynamics. The friends with whom you study, you dance, you make love, you drink, they are the grandchildren of these people that your grandparents fought and killed. Since a lot of centuries. To this one you must add the consciousness of belonging to a civilization with high values, the same who invented the concept of right and freedom.
It's scientifically tested that the Erasmus students have the tendency to immerse almost totally themselves into the culture of the host country - In this picture, you can see some weird erasmus people in the wild
This is not rhetoric to say that just doing the Erasmus you can understand some feelings, like when you meet a new person and you discover that he/she lived the same experience, and you find yourself in some stories. The same that when you come back home with many difficulties you've tried to explain to your friends stayed at home.

Conscience of a common destiny
But the factor that unite all those who do this project is the solidarity. Because Erasmus is fundamental for the future of Europe. The principle of solidarity has been for decades the base of the Community, for example it's that one which allowed Italy, destroyed by the fascist dictatorship and the 2WW to be integrated into a wider market and to grow economically. As I already wrote, the crisis that we are living is not just an economic crisis, but is the decline of the most precious good, the solidarity between Europeans.
The Erasmus instead laid the foundations for the future of a generation of Europeans, people who have friends and lovers across the continent. A Greek and a German who were friends during Erasmus, they wil never make war to each other. Above all, a Finnish can realize that the fate of a Spanish is also his destiny. Because this is the revolutionary strenght of the project: helping young minds to think beyond the usual ways, in terms of solidarity, and the calculation of medism fate, to understand that before being Italian, French, English, Swedish, Polish or Bulgarian, we are Europeans.
If the States will decide to not increase more the funds for the project Erasmus, they are going to stop to invest in their future : it's the coup de grâce, to the greatest social invention of the last decades, the European Union.

French version

La fin d'un rêve ?Pendant les dernières semaines la question de l'épuisement des fonds pour l'Erasmus a suscité beaucoup d'inquiétudes en tous les pays qui adhèrent au projet. En effet, depuis les premiers jours d'octobre, lorsque la voix a rebondi entre sites web et agences de presse, anciens étudiants erasmus, hommes politiques, et intellectuels de toute Europe ont lancé des appels au fin que les fonds pour le projet ne restent pas vides. Le 23 octobre la Commission a commencé une dernière session de négociations avec les états membres pour établir le montant des fonds. Le terme est prévu pour le 9 novembre.
Pour la position de la Commission Européenne, ici.

Une révolution européenneC'est tristement amusant de remarquer comme le problème soit arrivé dans le moment du vingt-cinquième anniversaire de la fondation du projet. Le ''EuRopean Community Action Scheme for the Mobility of University Students'' est né en 1987, avec le nom du philosophe de la Renaissance qui combattit les dogmatismes de l'époque et il écrivit l'Éloge de la Folie. Aujourd'hui est le plus grand project d'echange au monde, qu'implique chaque an centaines de milliers d'étudiants, pour un supérieur total de presque 3 millions en 25 ans de vie.
La devise de l'Erasmus est « changing lifes, opening minds »:le projet a réussi à créer une nouvelle génération, caractérisée par un sens commun d'identité européenne. Pour beaucoup d'étudiants elle a été la première occasion de vivre hors de maison, d'aller à l'étranger, de se mettre à l'épreuve et d'expérimenter nouvelles formes de socialisation. Sans oublier le nombre croissant des familles européennes composées par parents qu'ils se sont connus entre les bancs de l'université accueillante. Au niveau social, le continent a été bouleversé par une révolution paisible qui est destinée à changer our toujours le visage, l'histoire et la destinée de l'Europe. Certes, Le Monde a défini l'Erasmus comme " la fabrique des Européens" (link), et The Guardian a proposé d'assigner le prix Nobel pour la paix, au lieu que à l'Union Européenne, au programme qui « a soudé la jeunesse du continent ».
Le site de l'Erasmusvideo

C'est aussi la notre histoireBeaucoup de personnes considèrent l'Erasmus comme une excuse pour s'amuser avec l'argent des contribuables, pour voyager à l'étranger et des autres clichés similaires. Pourtant ils ne savent pas comment ce projet implique la vie de chacun de nous et de comment il fasse partie de la grande maison LLP - Life Learning Programme, c'est-à-dire la politique de formation continue reçue par l'Union Européenne selon un de ses valeurs fondamentales : la mobilité. En nom de ce principe, contenu in nuce dans les Traités de Rome, au cours des décennies des normes ont été approuvées pour favoriser le déplacement de jeunes, étudiants et travailleurs, à l'intérieur des pays différents, aux niveaux qui avant étaient impensables, et encore aujourd'hui ils sont impossibles en autres parties du monde.De cette façon a été sanctionné le principe de la possibilité de travailler équitablement en chaque pays membre, ainsi que le droit à la même rétribution ou celui de voyager à un prix réduit. Par exemple, la dérégulation de l'industrie aérienne européenne, dans le contexte de la souvent critiquée libéralisation des service, commencée en 1987, a permis la croissance exponentielle des compagnies low-cost, surtout après le 1997 lorsque le monopole des compagnies nationales fut rompu par l'ouverture à la concurrence étrangère dans le secteur du cabotage aérien. Si aujourd'hui est possible de voyager pour l'Europe, trouver un boulot à Londres, connaître nouveaux amis en Espagne ou en Suède, avec seulement dix euros, c'est grâce à l'implémentation des politiques de concurrence et formation par l'Union Européenne, en nom de la mobilité.

Permettre à tous de vivre cette expérienceC'est vrai. Je ne cache pas que pour moi c'est difficile d'être objectif sur tel sujet. Je suis allé en Erasmus et plus en avant j'ai été un étudiant LLP-Comenius. Je serais un menteur à nier l'évidence: dans la période d'étude à l'étranger,Erasmus ou un autre type, on y s'amuse beaucoup. Peut-être parce que pour la majorité d'étudiants, partis seuls, il s'agit de la première longue expérience à l'étranger. On habitue ainsi à connaître toujours des gens de differentes nationalités, de voyager et parallèlement à avoir une nouvelle vie scolaire, et aussi une vie justement plus libertine. Cependant je crois que l'Erasmus ait une valeur adjointe: c'est-à-dire celui de se entendre partie d'une communauté qui est en train de vivre la même, seule, expérience, avec les mêmes dynamiques. Les amis avec lequel on étude, on danse, on fait l'amour, on boit, ils sont les petits-enfants de ces gens que tes grands-parents ont combattu et ont tué. Depuis la nuit des temps. À celui-ci il faut ajouter la conscience d'appartenir à une civilisation avec des hautes valeurs, celle qui a inventé la même notion de droit et de liberté.Il ne s'agit pas de rhétorique de dire que seulement en faisant l'Erasmus on peut comprendre certaines sensations, comme lorsque on connait une nouvelle personne et on découvre qu'il a vécu cette même expérience, et dans les souvenirs on retrouve cette sensation que, au moment de la rentée en patrie, avec beaucoup de difficultés on a essayé d'expliquer aux amis restés à la maison.

La conscience d'une destinée communeMais le facteur qui rapproche toutes ceux qui partent pour ce projet est la solidarité. Pour ça l'Erasmus est plus fondamental pour l'avenir de l'Europe. Le principe de solidarité a été pour décennies la base de la Communauté, par example cela qui a permis à l'Italie, détruite par la dictature fasciste et la seconde guerre mondiale, de se intégrer dans un marché plus vaste et de grandir économiquement. Comme j'ai déjà écrit, la crise qui nous sommes en train de vivre c'est pas simplement une crise économique, mais c'est le déclin du bien le plus précieux, la solidarité entre les européens. L'Erasmus a par contre posé les bases pour l'avenir d'une génération d'européens, de gens qu'ils ont amis et amours éparpillés sur tout le continent. Un Grec et un Allemand qu'ils étaient des amis pendant l'Erasmus, ils se feront jamais la guerre entre eux ? Surtout, un Finlandais comprendra que la destinée de l'Espagnol est le sienne aussi ? Parce que c'est ça la force révolutionnaire du projet Erasmus : l'aider jeunes mentons à penser au-delà des positions habituelles, à raisonner en termes de solidarité, de calcul de la meme destinée, de comprendre qu'avant d'être italiens, français, anglais, suédois, polonais ou bulgares, nous sommes d'abord des européens.Si les États décidaient de ne pas financer plus le projet Erasmus, ils arrêteront d'investir sur le propre avenir et ils donneront un autre coup, peut-être de grâce, à la la plus grande invention sociale des dernières décennies, l'Union Européenne.